Nouvelles

Nous voulons des Prêtres plus proches de nous

Une enquête, datée de septembre 2019, réalisée auprès de jeunes chrétiens de 25 à 18 ans de la ville de Jérusalem offre des résultats contrastés.

Sceptiques sur les actions menées par les Églises et toutes les institutions existantes, ils en appellent néanmoins à elles pour leur rendre l’espoir.

Par Marie-Armelle Beaulieu

« Nous ne voulons rien de l’Église ! Nous voulons seulement que le curé soit plus proche de nous. Mon grand-père m’a dit que dans le passé, le prêtre se promenait dans les rues pour rencontrer et parler à des gens principalement aux jeunes. »

Ça ressemble à un cri du cœur, c’est celui d’un des 700 jeunes chrétiens de la ville à avoir participé à une enquête sur la jeunesse chrétienne de Jérusalem. Commanditée par la Coordination des Organisations de Secours catholique (CCAO) du diocèse latin, l’étude s’intitule Jeunes chrétiens de Jérusalem ; s’intégrer ou émigrer.

Alors que depuis plus d’un siècle les Églises se déploient dans les services sanitaires, sociaux et éducatifs, les jeunes estiment être les grands oubliés. Un reproche corroboré par une précédente enquête qui montrait que, sur près de 130 institutions chrétiennes présentes dans la ville sainte, 23 seulement comptaient au moins un programme spécifiquement à destination des jeunes et moins de 8 % des ressources des institutions sont imputées à des projets destinés à la jeunesse. Pourtant sur 9700 chrétiens palestiniens à Jérusalem, 42 % ont entre 25 et 8 ans ! Autant dire que si les Églises veulent effectivement venir en aide à la communauté, elles gagneraient à porter une attention renouvelée sur sa jeunesse et ses aspirations.

Freiner l’émigration

Pour ce qui est de l’Église catholique, cela commence à bouger. Fin janvier se tenait à la paroisse Saint-Jacques de Beit Hanina (dans la banlieue faisant partie de l’agglomération de Jérusalem) la rencontre d’une cinquantaine de personnes: prêtres, directeurs d’écoles, personnes en responsabilité qui devaient réfléchir sur l’enquête portée à leur connaissance. À l’issue de cet atelier de travail ils ont dégagé des recommandations dans trois domaines : la vie paroissiale et les activités pastorales ; les écoles et l’éducation ; les centres et clubs de jeunes.

Tout ne saurait être réglé en une réunion mais il y a un certain caractère d’urgence. 60 % des jeunes ont en effet exprimé leur désir d’émigrer et pas seulement pour raison d’études. Une idée d’autant plus facile à concevoir que 58 % d’entre eux ont dit avoir vu un de leur parent au premier degré émigrer ces dix dernières années et 31 % un parent ces cinq dernières années. « Malgré le pourcentage élevé de jeunes chrétiens qui souhaitent partir (60 %), ce taux tombe à 37,79 % si le même jeune chrétien parvient à établir une vie stable à Jérusalem (carrière, famille, amis, etc.). Cependant, si les conditions politiques, religieuses et sociales restaient in- changées, seulement 33 % des jeunes chrétiens déclarent pouvoir réaliser leurs ambitions à Jérusalem », résume l’enquête. Mais à quoi aspirent-ils donc qui pourraient refreiner ce désir de partir ?

Tous les paramètres ne sont pas entre les mains des Églises. Notamment pas les données politiques, économiques - Jérusalem compte parmi les 10 villes où le coût de la vie est le plus élevé d’après The Economist - et la rareté de logements à leur portée quand se loger compte déjà pour 40 % du budget mensuel.

Alors que 34 % « seulement » vont à l’église et que la plupart des jeunes de 15 à 23 ans (78 %) critiquent la mauvaise gestion dans les institutions chrétiennes des activités qui les concernent ainsi que l’absence de communication entre eux et les prêtres (68 %), alors que 21 % des jeunes chrétiens pensent que leurs curés sont incapables de comprendre les défis auxquels ils font face et leurs aspirations, c’est néanmoins vers l’Église que les jeunes se tournent. Le fruit certainement d’un fort sentiment identitaire, puisque 93 % se disent fiers d’être chrétiens de Terre sainte.

Et leurs attentes sont nombreuses et variées. De L’Église les jeunes désirent un accompagnement spirituel et humain. Ils ne veulent plus avoir peur des religieux/prêtres et religieuses mais pouvoir échanger avec eux et ne pas entendre seulement de la morale ou du catéchisme. Ils sont à la recherche de clés intellectuelles et spirituelles pour vivre dans un environnement où le christianisme n’est pas majoritaire et savoir répondre aux arguments déployés de façon systématique par les prêcheurs de l’islam. Ils veulent un approfondissement de leur patrimoine et de leur culture chrétienne en même temps qu’ils désirent mieux parler hébreu. Ils voudraient être mieux orientés dans les carrières possibles et se demandent si parmi les pèlerins de Terre sainte certains ne pourraient pas faire du mécénat de compétence, c’est-à- dire partager la connaissance qu’ils ont d’une activité professionnelle susceptible d’être développée chez eux. Le tout dans des incubateurs d’entreprises initiées par toutes les confessions chrétiennes ensemble.

Pour le reste la liste de leurs rêves pourrait s’étaler comme un inventaire à la Prévert. Le message a été entendu, comme en témoigne la tenue d’une réunion. Espérons qu’il pourra être suivi d’effets.    

Pèlerinage en Terre Sainte 2020 : Sur les pas de Jésus

À chaque année des millions de chrétiens partent pour la Terre Sainte afin de marcher sur les pas de Jésus, de mieux comprendre la Parole de Dieu et l’Écriture Sainte, d’acquérir une expérience œcuménique voire interreligieuse  et de devenir évangélisateurs. 
EN SAVOIR PLUS

Ressources récentes Les dernières publications et téléchargements

Chemin de croix : Chemin de mission

Un projet conjoint de trois groupes : l’Ermitage de Gethsémani (Jérusalem), le Bureau des Missions des Franciscains (Montréal) et le Commissariat de Terre Sainte au Canada (Ottawa).
Version pdf

Liens rapides
Commissariat de Terre Sainte au Canada

1247 Place Kilborn
Ottawa, Ontario  K1H 6K9
Les bureaux du Commissariat sont ouverts du lundi au vendredi,

9 heures-16 heures, sauf les jours fériés.

TÉLÉPHONE: 1-613-737-6972
ÉCRIVEZ-NOUS: info@commissariat.ca